Exposé scientifique

Depuis les années 90, une nouvelle configuration de l’économie contemporaine se fait jour.

Celle-ci prend la forme d’une économie de la connaissance (Nonaka, 1994 ; Drucker, 1996 ; Hatchuel, Weill, 2002 ; Amin, Cohendet, 2003 ; Foray, 2009 ; Stiglitz, Greenwald, 2014 ; Burger, 2016 ; Sarazin, Cohendet, Simon, 2017). Il s’agit d’une révolution aussi importante que celle que nous avons connue avec l’avènement de l’économie industrielle au début du XIXème siècle. Cette restructuration de nos économies capitalistes contemporaines modifie profondément les règles du jeu managérial en mettant au cœur de la performance de nos entreprises, l’obligation d’une innovation intensive radicale qui passe par une nouvelle forme de management : le management de la connaissance. Ainsi, les entreprises doivent passer rapidement d’une logique d’exploitation des connaissances et des compétences existantes à une logique d’exploration de nouvelles idées, de nouvelles connaissances, de nouvelles compétences ce qui constitue une rupture en profondeur de leur fonctionnement. Dans le même temps, une nouvelle discipline scientifique émerge en réponse à cette urgence managériale : le management des connaissances.

Le CRCGM participe depuis 2008 au développement de cette nouvelle discipline par le biais de nos engagements au sein d’AGECSO : Association internationale francophone de Gestion des Connaissances au sein de la Société et des Organisations, reconnue comme association savante par la FNEGE (Fonds National pour l’Enseignement et la Gestion), et mais aussi des collaborations que nous avons pu nouer à différentes occasions sur le site Clermontois avec deux autres laboratoires : ACTE (Sciences de l’éducation) et l’IRSTEA (Sciences de l’ingénieur). Ainsi, nous avons ainsi organisé à Clermont-Ferrand le colloque annuel GECSO en 2011, mais aussi divers workshops sur le management des connaissances (2012, 2013, 2014, 2016) toujours sur le site Clermontois. Ainsi il y a aujourd’hui une réelle compétence nationale et internationale à Clermont-Ferrand sur le management des connaissances qui se traduit par une activité de publication intensive sur cette thématique de la part de nos équipes. Mais surtout nous recouvrons les grands domaines du management des connaissances (stratégie, apprentissage, système d’information). Nous avons reproduit en annexe une liste sélective des publications. Cette compétence est reconnue aujourd’hui par la R&D Michelin qui soutient ce projet.

Cette discipline butte aujourd’hui sur un problème de structuration qui est du à la fois au caractère exponentiel de son développement et son caractère interdisciplinaire. Une investigation sur Web of Science identifie moins de 10 articles en 1990 et plus de 12.000 aujourd’hui, une revue spécialisée émerge en 1994, elles sont 27 aujourd’hui. La gestion des connaissances est à l’interface de différentes disciplines : sciences de gestion, sciences de l’éducation mais aussi la psychologie et la sociologie, sciences de l’ingénieur et plus particulièrement l’informatique… Difficile de progresser pour les chercheurs dans un champ qui est reconnu comme émergent (Heisig, 2009; Serenko et al., 2009; Curado et al., 2011; Lambe, 2011; Ragab et Arisha, 2013; Ribière et Walter, 2013; Serenko, 2013; Walter et Ribière, 2013; Serenko et Dumay, 2015; Boutz, 2017) et insuffisamment structuré (Easterby-Smith et Lyles 2003 ; Ferrary et Pesqueux 2006 ; Jashapara 2010; Dibiaggio et Meschi 2010; Schwartz et Te’eni, 2011 ; Lièvre, Ermine, Guittard, Paporanaris, 2012; Boutz, 2017).

Difficile de s’y retrouver aujourd’hui pour les entreprises à la recherche de ressources scientifiques pour développer le management des connaissances.

L’objet de ce projet est de participer à cet effort de structuration à partir d’une investigation exhaustive des publications scientifiques indexées par web of science, à partir d’une analyse sémantique réalisée localement en partenariat avec Origens Media Lab, le Média Lab de Sciences Po (Paris), Oxford Internet Institute et l’Université d’Amsterdam. C’est à partir de cette description fine et longitudinale sur le plan sémantique du champ que nous travaillerons sur une structuration de cette discipline. Les compétences des trois laboratoires associées à ce projet respectivement dans le management stratégique pour le CRCGM, les dispositifs d’apprentissage pour ACTE et les systèmes d’information pour l’IRSTEA permettent d’appréhender les grandes thématiques du domaine pour réaliser cette structuration (Easterby-smith et Lyles 2003 ; Ferrary et Pesqueux 2006 ; Dudezert, 2007 ; Serenko, 2013, Serenko et Dumay 2015 a,b). Celle-ci permettra la création d’une revue électronique internationale francophone @gecso adossée à l’Association internationale francophone de Gestion des Connaissances au sein de la Société et des Organisations, reconnue comme association savante par la FNEGE (Fonds National pour l’Enseignement et la Gestion), en partenariat avec l’Ecole Supérieure de Gestion de l’UQAM à Montréal. Cette revue sera hébergée au sein de l’Ecole Universitaire de Management à Clermont-Ferrand et dirigée scientifiquement par Pascal Lièvre, professeur en sciences de gestion au Centre de Recherche Clermontois en Gestion et Management, le porteur de ce projet. Les colloques GECSO seront la première source pour alimenter la revue. Nous animerons sur la question de la structuration du management des connaissances, un atelier au colloque annuel GECSO à Paris en mai 2018, dans le cadre des Etats Généraux du Management. In fine, nous réaliserons un livre blanc collectif sur la structuration du KM. Nous envisageons dès la fin de l’année un papier pour la revue Journal of Knowledge Management.

Ce projet est issu d’une collaboration internationale de longue date avec l’Ecole des Sciences de Gestion (UQAM) à Montréal et tout particulièrement avec le professeur Mehran Ebrahimi qui sera en charge d’animer les réseaux francophones du management des connaissances autour de la revue.

Ce projet a une dimension interdisciplinaire qui est forte car c’est l’association de différentes disciplines issues des SHS (sciences de gestion et sciences de l’éducation) et aussi des sciences de l’ingénieur qui permet de s’engager sur la structuration scientifique du management des connaissances. Les travaux des trois équipes permettent de couvrir les grands domaines de ce champ émergent comme nous l’avons rappelé précédemment.

Ce projet permet de faire apparaitre le site Clermontois comme pilote au niveau national et international en matière de management de connaissance et en rendant visible cette compétence par l’émergence d’un site web support à la création d’une revue électronique en ligne. Ceci est en phase avec les projets de développement en matière de management des connaissances de la RD Michelin qui se concrétisera par le financement d’un post-doc en 2018 au CRCGM. La question de la structuration de la recherche en management des connaissances et des possibilités d’interface avec les pratiques du KM dans l’entreprise sont des sujets de préoccupations pour le service KM Michelin. Ces différentes collaborations seront la source de nombreuses publications.

Nous envisageons dans un deuxième temps d’ouvrir un site web sur le management des connaissances à disposition des entreprises qui donnera ainsi accès à cette mise en forme de la littérature.

Ce projet peut avoir directement des liens avec le programme Learn’in Auvergne avec le versant « communauté de savoir » mais aussi avec les questions de pilotage d’un projet tel que l’I-Site qui est un projet d’expansion des connaissances ce qu’on appelle dans la littérature du management des connaissances : la création et le développement d’une communauté épistémique. Des travaux de recherche existent autour des dispositifs d’appui à ce type de pilotage. Enfin la visibilité donnée au champ du management des connaissances et aux compétences de nos équipes sur le site sera propre à construire des liens dans le temps avec les autres axes de recherche de l’I-Site.